un métier: cheminot

Les photographies, les récits, tout ce qui concerne le chemin de fer ancien.

Re: un métier: cheminot

Messagepar Aldayo
19 Juil 2014, 21:24

J'aime bien surtout le : voilà une livrée TGV, qui n'en veut ? Personne ? .... Eh, j'ai un proto à peindre, t'as pas une idée pour moi ? Mais si bien sur :diable:
Qui croit savoir ne sait rien.
Avatar de l’utilisateur
Aldayo
Bavard
 
Messages: 1940
Âge: 40
Enregistré le: 05 Sep 2009, 22:35
Localisation: Le Vernet(31)

Re: un métier: cheminot

Messagepar François D
19 Juil 2014, 23:28

... et tout devient clair et tout s'explique !
Bravo UTKR. :coeur1: :coeur1:
"C'est tellement bas que ça me passe bien au dessus !"
Avatar de l’utilisateur
François D
Dégrappeur de fonderies
 
Messages: 2287
Âge: 63
Enregistré le: 10 Mar 2012, 19:23

Re: un métier: cheminot

Messagepar Undertaker
20 Juil 2014, 09:57

Bonjour,

Nous voilà en novembre 1983. En ce premier lundi du mois, j’embauche à la porte 164 du 15 rue Traversière. Là, Jacques Beffara, qui est matinal et qui n’aime pas la foule des transports en commun, est déjà là depuis 07h00. Je suis à peine arrivé, qu’il entre dans le vif du sujet, à savoir entamer mon initiation à l’héraldique et ma formation à dessiner les blasons qui ornent les faces des matériels moteurs.

Dès l’origine du Chemin de fer, les constructeurs britanniques donnent un nom de baptême à leurs locomotives telles les « catch me who can », « Locomotion », « Novelty » et autres « Rocket ». Il en est de même en France, notamment sur le chemin de fer de Paris à St-Germain, puis sur les autres compagnies, le chemin de fer de l’Etat étant celui qui perpétuera le plus longtemps la tradition. Toutefois, cette pratique sera abandonnée au début du XXème siècle. Mais, en 1972 alors que la BB 15006 sort de construction toute pimpante dans sa livrée gris/rouge/orange, la ville de Metz demande à la SNCF de parrainer cette locomotive aux armes de sa ville. J’ai entendu dire que ce fut sous l’impulsion de Roger Forray, alors Directeur de la région SNCF de Metz-Nancy et qui deviendra Directeur du Matériel. La SNCF, qui donne un avis favorable à la reprise de cette coutume, charge la Direction du Matériel d’assurer le suivi de l’étude et de la réalisation des blasons, les Directions régionales se chargeant quant à elles du protocole de la cérémonie du parrainage.


Jacques Beffara choisit de retenir « l’écu français ancien » comme dessin du contour extérieur de la pièce et d’apposer en toutes lettres le nom de la ville sur le timbre de l’écu. Ces pièces sont en fonte d’aluminium A-G3T qui allie la légèreté (8,5 kg tout de même), la résistance à la corrosion et la facilité de l’usinage ; en outre, il prend très bien le polissage.


La procédure d’un parrainage est la suivante :
- 1) prise de contact entre la municipalité candidate et la Direction régionale SNCF dont elle dépend.
- 2) envoi du dossier à la Direction du Matériel (département MI3 « relations publiques-assistance technique ») qui élabore le dessin du blason à l’échelle 1.
- 3) envoi du dessin du blason aux services compétents pour acceptation par la municipalité.
- 4) réalisation du modèle « bois » : grâce au dessin à l’échelle 1, le modeleur réalise la pièce en contreplaqué de 12. Chaque pièce ou meuble composant les armoiries est réalisé en CP de 1,5 mm où chaque changement de couleur (émail ou métal en héraldique) correspond à un changement de niveau afin de guider le pinceau du peintre.
- 5) envoi du modèle bois chez le fondeur qui se charge également des usinages et polissage du contour et des caractères du nom de la ville.
- 6) livraison des pièces à MI3 pour réception des pièces et acceptation de la facture.
- 7) expédition des pièces à l’établissement titulaire de l’engin à parrainer pour mise en peinture et montage sur l’engin.
- 8) cérémonie du baptême.




Le nombre minimal de blasons confectionnés est de 6 pièces : 2 pour l’engin (4 s’il s’agit d’un matériel de 3 caisses ou plus) 1 en réserve pour l’établissement titulaire de l’engin, 1 pour le Musée de Mulhouse, 1 pour la municipalité et 1 en témoin à MI3. Les municipalités ont la possibilité de commander des pièces supplémentaires pour leur usage interne, le record revenant à Nancy avec plus de 100 exemplaires commandés. Puis, viendront les TGV PSE : pour des raisons de sécurité, les plaques en alu sont remplacées par des autoadhésifs sur la rame, mais les principes restent les mêmes si ce n’est que seulement 4 plaques sont réalisées.

Trois mois plus tard, mon mentor prend sa retraite. Il m'aura beaucoup appris en si peu: les règles et le langage de l'héraldique (un monde à part !), la maniement de la gouache, l'écriture (car une lettre est dessinée) et tant d'autres choses...dont la gestion du patrimoine technique de notre Entreprise. Je me sens paré pour continuer son œuvre, j’espère que je ne faillirai pas.

A+

UTKR
Undertaker
Bavard
 

Re: un métier: cheminot

Messagepar malletslm
20 Juil 2014, 10:26

Merci et bravo Undertaker pour ce fil :applause: :applause: :applause: : comme pas mal d'autres sans doute, je le lis en silence mais sans en perdre une miette. Et pourtant, la voie normale n'est pas mon objet de prédilection ! :)

J'ai eu beaucoup de plaisir à lire le rappel historique sur la "réintroduction" du baptême des locomotives en 1972, car bien que très jeune à l'époque j'ai des souvenirs vivaces de celui de la BB15006, qui avait été l'occasion d'une inoubliable exposition de modélisme dans les salons d'honneur de la gare de Metz, rarement accessibles...

... et c'est en cela aussi que ce sujet est passionnant :coeur1: : il recoupe bien souvent, à un moment ou à un autre, nos propres souvenirs et "tranches de vie" à nous ! ;)


J'ai aussi beaucoup aimé :cool: la rétrospective d'hier concernant la livrée des locomotives "prototypes" (merveilleuse, la photo des 3 machines ensembles !) et en particulier le soin apporté à ne pas "trahir" le design original de ces machines avec ces décorations spécifiques : cela témoigne d'un respect (encore naturel, à l'époque ? ) du travail de celui ou ceux qui vous ont précédé et... qui s'est bien perdu de nos jours, en ce qui concerne la redécoration des matériels anciens du moins. :(
Avatar de l’utilisateur
malletslm
 
Messages: 862
Enregistré le: 13 Déc 2007, 23:47

Re: un métier: cheminot

Messagepar Beilhack
20 Juil 2014, 10:41

Quel régal !!! :applause:
Je connaissais l'épisode des différentes livrées qui nous amènera sans aucun doute à celle de l'Activité "Fret". Mais comment peut-on côtoyer un ami sans imaginer la somme des connaissances accumulées au cours de plusieurs décennies au sein de la grande maison... :o
CAPTIVANT.

Vivement la suite... :bave:
David
Beilhack
Bavard
 

Re: un métier: cheminot

Messagepar Beilhack
20 Juil 2014, 10:46

Undertaker a écrit:Pourquoi ais-je choisi le n°57 , que sais-je ? Une lointaine prémonition ?

Sans aucun doute. Simplement dommage de véhiculer cela sur le fleuron de la SNCF alors qu'un vulgaire tracteur aurait sûrement suffit à cela... :lol:

@+
David
Beilhack
Bavard
 

Re: un métier: cheminot

Messagepar bogie-wogie
20 Juil 2014, 12:12

Ce sujet est un véritable morceau d'anthologie ! Un chef-d'oeuvre en soi !

Undertaker, as-tu déjà songé à publier ce magnifique récit ? Peut-être y a-t-il quelques difficultés légales vis-à-vis de la SNCF, de certaines personnes mentionnées ou illustrées. Mais si elles peuvent être résolues (et cela ne devrait pas être trop difficile) alors il ne faut pas hésiter. Ce que tu nous offre ici représente certainement un énorme travail : il mérite une bien plus grande diffusion. Même si le cercle des membres de Forum-Train ce n'est pas n'importe quoi...

:applause: :applause: :applause: :applause: :applause:

bw
Ce qui est rare est cher,
Une locomotive miniature bon marché est rare,
Donc : une locomotive miniature bon marché est chère.
Avatar de l’utilisateur
bogie-wogie
Trieur en chef
 
Messages: 3154
Âge: 78
Enregistré le: 12 Juil 2009, 16:13
Localisation: Annecy

Re: un métier: cheminot

Messagepar Aldayo
20 Juil 2014, 12:27

En cas de plantage des serveur de FT, j'espère qu'il y a des sauvegarde régulière sur d'autre serveur :D

Sinon, il ne nous reste plus qu'à "aspirer" le site :siffle: (je sais pas si ce genre de logiciel existe encore de nos jours)
Qui croit savoir ne sait rien.
Avatar de l’utilisateur
Aldayo
Bavard
 
Messages: 1940
Âge: 40
Enregistré le: 05 Sep 2009, 22:35
Localisation: Le Vernet(31)

Re: un métier: cheminot

Messagepar Rodolphe
20 Juil 2014, 12:31

Sans entrer dans les détails, Forum Train étant hébergé par un professionnel sérieux - :siffle: - il y a bien entendu un certain nombre de bouées de sauvetage, dont une bonne sauvegarde quotidienne. C'est aussi ce qui fait que ça a un coût, pour faire le lien avec un sujet que je remonte de temps en temps sans grand succès :ange:

Pour en revenir au sujet, je plussoie frénétiquement ! Grand merci pour ce partage.

Rodolphe
Avatar de l’utilisateur
Rodolphe
Jardinier de salon
 
Messages: 23821
Âge: 51
Enregistré le: 11 Déc 2007, 13:26
Localisation: Auzeville-Tolosane, 31

Re: un métier: cheminot

Messagepar Aldayo
20 Juil 2014, 12:36

Etre hébergé chez OVH (ou tout autre "gros") ne garanti pas l'intégrité des donnés à 100% :D

Et leur service de sauvegarde est vraiment top mais payant :D (un raid 0, c'est déjà pas si mal pour un serveur, mais la sauvegarde sur un FTP physiquement dans un autre data-center est la seul solution 100% fiable)
Qui croit savoir ne sait rien.
Avatar de l’utilisateur
Aldayo
Bavard
 
Messages: 1940
Âge: 40
Enregistré le: 05 Sep 2009, 22:35
Localisation: Le Vernet(31)

PrécédenteSuivante

Retourner vers Histoire ferroviaire

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 4 invités